Questions pour un expat

30 Permalink

Dernière ligne droite avant la fin des grandes vacances. Grâce à mes conseils avisés, l’expatrié que vous êtes a effectué un sans-faute et vous avez cohabité avec vos compatriotes Français dans une harmonie parfaite. Pour finir cet été en beauté, je vous propose ici quelques réponses toutes faites à des questions ou remarques étranges mais fréquentes… Gardez le sourire et ne relâchez pas vos efforts, ce serait trop dommage de flancher sur la fin !

 

1- « Comment ça va, les Chinois ? »

Depuis que vous êtes arrivés en France, vous n’avez plus ni prénom ni nom de famille: vous êtes les Thaïlandais, l’Américaine, les Australiens… Pour certains, l’Asie entière est peuplée de Chinois. Quand ça démarre comme ça, inutile de vous lancer dans un cours de géographie. Laissez votre oncle vous appeler les Chinois pendant tout l’été, que vous viviez à Djakarta ou à Séoul. Si vous voulez marquer des points auprès de lui, demandez-lui à chaque repas (clin d’œil à l’appui) s’il serait possible d’échanger vos couverts contre des baguettes (ha, ha !).

 

2- « Mais vous, vous vivez où déjà ? Ah ouais, whaaaa, ça doit être trop pénard ! »

Tous les ans, vous croisez le beau-frère de votre cousin qui ne se souvient jamais de là où vous vivez mais qui d’année en année, et de nouvelle expatriation en nouvelle expatriation, vous répond que vous devez être ”trop pénard”… Je vous conseille donc d’enfoncer le clou et de lui répondre, les doigts de pied en éventail : « Oui, c’est clair, traaaaanquille la vie ». Dans la foulée, n’hésitez pas à placer un bon « C’est les grandes vacances tous les jours » pour lui couper l’herbe sous le pied. Comme ça, ça sera fait.

 

3- « Ha, vous vivez à Shanghai / Mexico / New-Dehli… Mais tu n’as pas peur pour la santé de tes enfants ? »

Face à se sujet sensible, je vous propose deux stratégies : 1- Fondez en larmes sur l’épaule de votre interlocuteur et répondez : « Ne m’en parle pas, j’en suis malade. ». Poursuivez sur des chiffres effrayants des cancers de l’enfant, la conversation ne devrait pas s’éterniser. 2- Récitez lui la liste des grandes villes les plus polluées du monde, ambiance ”Il y a toujours pire ailleurs”. Insistez sur les pics de pollution du printemps dernier à Paris ou le taux de pesticides dans le bon air de la campagne Française. Là aussi, il devrait vite changer de sujet. Il, ou elle, pourrait alors vous demander :

 

4- « Mais tu n’as pas peur de perdre le contact avec la réalité ? »

La réalité ?… Il pense que vous vivez dans un monde irréel ? Un monde peuplé d’elfes et de fées ? Là encore, deux stratégies : lancez-vous dans un débat philosophique sur ce qu’est réellement la réalité, ou restez très terre à terre et demandez à votre interlocuteur d’être plus clair. Qu’elle ce qu’il vous demande exactement ? Si un jour, vous arriverez de nouveau à passer une serpillère ou à conduire une voiture ? Ou à laver seule les cheveux de vos enfants ? Demandez-lui précisément à quelles tâches ménagères il pense et penchez-vous sur la question ensemble, cela devrait lancer une conversation de haut niveau.

 

5- « Mais comme il est mou et râleur cet enfant. Il est toujours comme ça ? »

Voilà 3 fois en 10 minutes que Belle-Maman vous pose la question. Est-ce vraiment utile de lui rappeler que après 12h de vol plus 5 heures de route, en plein jet-lag, votre petit Thaïlandais est fatigué et que non il n’a pas envie de s’ébrouer gaiment avec ses cousins dans la mer du Nord à 15 degrés ?

Bref, pas la peine de lui répondre, laissez la se questionner (ça l’occupe). Attendez patiemment sa visite annuelle dans votre pays tropical pour lui demander une heure après son arrivée par 38 degrés : « Mais Belle-Maman, vous n’êtes pas un peu molle là ? Et vous transpirez toujours autant ? ».

 

6- « Moi, il faudrait me payer pour vivre là-bas ! »

Zut alors ! Une des règles d’or de l’expat en vacances en France, c’est de ne jamais parler d’argent (C’est pourquoi je n’ai pas abordé ici les fameux « Ça ne te gêne pas trop de pas payer d’impôts ? » ou « Vous devez vous en mettre plein les poches »). Alors comment répondre à cette question ? Vous êtes tenté(e) de faire remarquer à votre interlocuteur que, justement, vous êtes payé(e) pour vivre là-bas puisque là-bas, vous effectuez un travail. Ou au moins, votre mari. Au pire, votre nanny, non ? Et comme elle fait quasiment partie de la famille, ça compte. Mais évoquer le fait de toucher un salaire pourrait vous attirer des ennuis. Contentez vous donc d’opiner de la tête à cette remarque.


7- « Et tu t’es trouvé une occupation là-bas ? Moi, je ne pourrais pas passer mes journées à ne rien faire. »

Attention, terrain miné pour la femme d’expat (et l’homme d’expat) qui n’est pas bien en paix avec le fait de ne pas travailler.

En gardant le sourire, vous pouvez dégainer fièrement votre business card, réciter à votre belle-soeur votre emploi du temps hebdomadaire ou l’inviter à lire le cultissime ”La femme d’expat, cette héroïne”. Elle ne pourra alors que s’incliner devant la richesse de votre vie quotidienne et votre force mentale.

Ou les variantes : « Moi je suis trop indépendante, je ne pourrais pas vivre aux crochets de mon mari. » et : « Moi, je n’aurais jamais pu abandonner ma carrière. ».

Bon, je veux bien être gentille et vous encourager à toujours garder le sourire mais là, il faut regarder la vérité en face. Elle, elle est peut-être très indépendante et fière de sa carrière mais elle est surtout en train de se foutre de vous, sous couvert d’une remarque anodine. Là, je vous invite au faux-pas, à la remarque cassante, au bras de fer, au crêpage de chignon…

 

8- « Ahhh, tu habites en Thaïlande depuis 4 ans… tu dois super bien parler Thaï alors? »

Réponse : « Non. » (le cas échéant). Ne vous justifiez pas, nous l’avons déjà vu. Vous pouvez enfoncer le clou d’un : « Ha non, pas du tout ! » hautain. Ou répondre naïvement : « Non, pourquoi ? ».

Et si vous êtes d’un naturel joueur et que vous n’avez rien contre un peu de provocation, alors ne résistez pas à la tentation. Vous allez voir, votre interlocuteur va courir ! Lancez-vous dans une explication sous l’angle : « Non, tu sais, ça ne sert vraiment à rien. Moi, je ne suis pas dans ce pays pour rester. Le Thai, c’est une langue complétement inutile. »

Ah, la mine de dégout qui va s’afficher sur le visage de votre interlocuteur, qui lui, bien sûr, à votre place serait bilingue ! Ça va faire plaisir à voir ! Et si, malgré cette diatribe, il en vient quand-même à vous poser la question suivante, vous aurez touché le gros lot :

 

9- « Et tu ne vois que des Français ou tu as des amis locaux? »

Cette question, qui nous est elle aussi déjà familière, connaît un crescendo. Elle peut aller de l’innocent (enfin, jamais tant que ça) « Et vous voyez des locaux, un peu ? » jusqu’à l’outré « Mais vous vivez dans un ghetto d’expat ? », en passant par un soft (mais déjà très partial) « Vous voyez surtout des Français, non ? ».

Si vous n’avez pas vraiment d’amis locaux, vous pouvez tenter de vous en expliquer, en toute bonne foi, mais bien sûr, vous aurez toujours tort. Vous pouvez donc là aussi opter pour la provocation en expliquant qu’on ne peut pas vraiment être amis avec ‘’ces gens là’’, et disserter longuement sur eux. Cela pourra nourrir les conversations à venir de votre interlocuteur pour un bon moment : « L’autre jour, j’ai rencontré une caricature d’expatrié !! Enfin, une caricature, ils sont réellement tous comme ça les expats ! ».

Vous pouvez aussi botter en touche et répondre un énigmatique : « Un peu des deux. »

 

10- « Mais vous allez rentrer un jour ? »

Ah ça, ça travaille les gens ! Mais quand donc allez-vous rentrer au pays et, donc, dans le moule ? Pensent-ils que vous êtes en crise d’adolescence, que votre expatriation n’est qu’une simple étape de votre parcours, qu’une lubie qui va vous passer avec l’âge ? Hé non, l’expatriation n’est pas forcément qu’une parenthèse. Elle peut être un mode de vie sur le long terme, un vrai choix d’avenir. Pourquoi tout le monde veut tellement vous voir rentrer ? Ça les rassurerait peut-être de n’être jamais partis ?

 

Et enfin……….. « Allez, cette année, on va venir vous voir ! »

Avant de remonter dans votre avion, ne tombez pas dans le tout dernier piège qui pourrait vous être tendu ! Ne vous départissiez pas de ce flegme si bien cultivé depuis le début des vacances : inutile donc de prendre un air incrédule ou ironique lorsque votre belle-sœur (encore elle!) vous dira, pour la 7e année consécutive, que cette année elle va venir vous voir. Répondez lui, tout sourire : « Oh, ce serait formidable. A l’année prochaine, donc

 

 

 

 

 

30 Comments
  • Jeanne
    August 25, 2015

    J’adooore ! Welcome back My Expat !!

    “Mais la Fraaaaance ne vous manque pas trop?”
    “Et vous rentrez quand?”
    “Et vous rentrez quand?”
    “Et vous rentrez quand?”
    “Et vous rentrez quand?”…………………..

  • Mr T.
    August 25, 2015

    Et vous trouvez du fromage/saucisson/vin (rayer les mentions inutiles) chez les chinois ?

    • mytailorisanexpat
      August 25, 2015

      Et du Nutella ?

  • Tara B.
    August 25, 2015

    Moi j’aime beaucoup le “Wouahhh, t’as trouvé du travail, mais c’est pas trop dur pour toi de faire tes consultations en chinois ? Comment tu fais ?”. Car c’est bien connu, qui travaille en Chine est forcément bilingue en mandarin et ne travaille qu’avec des chinois, surtout un mois après son arrivée.

    • mytailorisanexpat
      August 25, 2015

      Des consultations de quoi ?

    • gentile
      October 8, 2015

      excellent!

  • Stef
    August 25, 2015

    Je suis enceinte…

    “Wouaw ! Félicitations ! C’est pour quand ? Alors, tu vas accoucher ici ou à Singapour ??” ….. Ah oui, c’est vrai, j’aurais du réaliser que les Singapouriens ne savant pas très bien gérer les accouchements, et que ça aurait pu être pratique d’accoucher en France, à 13h d’avion de chez moi !!! Ca aurait simplifié la sortie de maternité….. 😉

    • mytailorisanexpat
      August 25, 2015

      J’aime bien !! 😉

  • SandrineB
    August 26, 2015

    L’ete, j’ai aussi droit a :
    “- alors, tout va bien en Chine ?
    – en Chine, je ne sais pas, mais au Japon, oui, tout va bien !
    – oui, bon, c’est pareil…
    – ben oui, la Grece et la Suede aussi, c’est pareil…
    – …”

    Bravo pour votre blog !

  • Anne Coulon Rana
    August 27, 2015

    L’as-tu déjà eue celle-ci: Mais t’as pas peur de perdre tes racines?… “Moins que de m’enraciner en tous cas” court circuitant généralement une discussion potentiellement désagréable sur les mérites de la stabilité géographique pour les enfants etc etc… Merci pour ce post délectable comme d’habitude!

    • mytailorisanexpat
      August 27, 2015

      Ah oui, les fameux mérites de la stabilité pour les enfants……
      Merci Anne !!

    • Hélène Boyé
      October 7, 2015

      Bravo ! 😉

  • Marie
    September 3, 2015

    Le bon:”Alors comment ca va l’Afrique?” me plait bien… Je ne sais pas bien comment répondre a cette question en 2 minutes et sans rentrer dans un débat géopolitique un peu complique… donc :”bien! et l’Europe ca va?”

  • Hélène Boyé
    October 7, 2015

    Cela me fait penser à la première fois que j’annonçais en public mon intention d’aller au Liban.

    Cela se passa dans l’amphithéâtre de mon IAE, mars ou avril 1997. Dans le cadre de notre première année nous devions tous faire un stage quel qu’il soit à l’étranger. Le professeur nous interroge tour à tour et c’est à moi… : « je vais partir au Liban ». Frissons dans la foule ! Petit sourire en coin de fierté arborée. Regard appuyé du professeur qui soutient mon choix. Et j’entends : « Mais c’est la guerre là-bas ! », « Jamais sans ma fille ! », « Tu vas te faire violer par des…. »

    Clichés d’un Occident bien recroquevillé sur lui-même.

    Je me rappelle aussi un soir de Noël familiale de retour en France, quelqu’un m’interpelle à l’autre bout de la table : « Doit pas y avoir de neige là-bas, c’est que du désert ! ». Cours de géographie improvisé et illustration photos à l’appui. Mais les regards restent incrédules.

    Après 15 ans de Liban tout cela fait tellement sourire. 🙂 🙂 🙂

  • gentile
    October 8, 2015

    cet été j’ai eu comme remarque “ah tu dois bien mangé en Chine!” .

    • My tailor /
      October 8, 2015

      Sympa la remarque …. 🙁

  • Billiet pauline
    October 9, 2015

    Punaise j ‘adoooore ! Tellement vrai !

  • L'Escargot Normand
    November 7, 2015

    Exactement ça !

    (je vis aux Etats-Unis, en Californie)

    “Bah t’as pas grossi ?”
    “T’es pas bronzée”
    “Tu t’es pas fait blonde ? Toutes les américaines sont blondes !”
    “Tu peux parler anglais pour voir ? Aaannnnh t’as vachement l’accent américain c’est vraiment pas beau”
    “Mais pourquoi tu travailles, ton mari gagne pas assez pour vous deux ?”
    “Mais pourquoi tu travailles, tu t’ennuyais ?” (bis repetita)
    “Tu parles pas français du tout à ton travail, comment tu fais ?” (au hasard : je parle anglais)
    “Pour les vêtements vous faites comment ?” (on va dans les magasins comme tout le monde)
    “Et vous trouvez des légumes facilement ? ” (yeux ronds)
    “Sérieusement vous trouvez le vin californien bon ?”
    “Le fromage ca vous manque pas trop ?”
    “Et niveau bouffe, à part les burgers, vous mangez quoi ?”
    “Et vous trouvez des légumes facilement ? ” (yeux ronds)
    “Si tu as besoin de quoique ce soit tu me demande” (quand j’ai eu justement besoin d’un quelque chose c’était trop compliqué de l’envoyer, mais passons, on remercie, on acquiesce)
    “A vivre sous le soleil Californien, vous n’avez plus de contact avec la vraie vie, comment vous allez-faire quand vous rentrerez ?”
    “Vous allez quand même pas demander la nationalité américaine quand même ?”

    • My tailor /
      November 13, 2015

      Ha ha ! tres belle liste, merci !! Ma préférée:
      “Tu peux parler anglais pour voir ? Aaannnnh t’as vachement l’accent américain c’est vraiment pas beau”

  • Estelle
    March 22, 2016

    Hahaha, ton article est tellement juste 😀
    Moi ce qui m’ennuie le plus c’est le “et vous rentrez quand?” alors qu’on vient de passer une semaine au pays, lol.

  • Lili
    March 31, 2016

    Tellement vrai tout ça 🙂

    On vit à Madagascar.

    Ma préférée, qui n’est pas une question mais une réflexion à laquelle on a droit chaque année : “bah dites donc vous z’êtes pas bronzés !”
    Ce à quoi je réponds qu’on bronze en effet assez mal sous les néons ! Ca a le mérite de replacer un peu le débat, parce que les gens ont une grosse tendance a oublié que tu travailles. Et avec des horaires en plus ! Oui oui tu arrives au bureau le matin et oui tu en repars le soir… c’est affreux, c’est exactement comme eux !
    Non travailler à l’étranger ne signifie pas glander sur la plage avec un cocktail dans une main, un bouquin dans l’autre et un autochtone pour te faire de l’air…

    Il y a aussi :
    – Alors ta femme de ménage, elle va bien ?

    – combien d’employés/personnes à votre service avez-vous ? (mais une ribambelle mon cher ami : 2 pour m’habiller, 1 pour faire mon lit, 2 pour préparer les repas, une pour conduire ma voiture, 1 pour écrire/téléphoner à ma place…)

    – est-ce que les enfants vont à l’école ? (là tu restes d’abord sans voix et puis tu as une furieuse envie de répondre un truc comme : ca va pas non ! Jamais on ne scolariserait nos enfants… en tant qu’expats nous sommes bien au-dessus de toutes ces contingences éducatives, on veut absolument faire des analphabètes de nos enfants)

    Et bien sûr l’éternel : Alors les malgaches, vous rentrez quand en France ?

    • Helena
      August 30, 2016

      merci beaucoup pour ce texte qui m’a fait pleurer de rire!

      • My tailor - Mathilde
        September 20, 2016

        Ha ha, carrément ?! Merci bcp Helena !!

  • Usinamiss
    August 30, 2016

    Je crois que la fois où je me suis sentie fort mal à l’aise c’est face au regard un peu méprisant d’une copine quand elle a su que ma nounou allait chercher les enfants à l’école à ma place (“alors que je n’ai rien à faire d’autre”). Certes, vu par ce bout de la lorgnette, c’est sur que ca fait baobab dans la main. J’ai abdiqué et j’ai refusé de lui faire un topo de mes journées. Moins on en dit mieux on se porte.

    • My tailor - Mathilde
      September 20, 2016

      En effet, on n’est pas obligée de tt raconter non plus…

  • Sandrine
    August 30, 2016

    Comme d’habitude dans le mille.
    J’adore ton blog on s’y reconnait et je le partage avec plaisir des fois que ma famille et mes amis français le lisent. 🙂
    Merci encore.

    • My tailor - Mathilde
      September 20, 2016

      Merci Sandrine 😉

  • Barbara - Milk Tea Time
    October 28, 2016

    Haha Cet article est génial, tu m’as bien fait rire. 😀
    Moi je suis installée à Hong Kong depuis seulement 3 mois et je comprends déjà tellement de points dans ta liste, je devine que certaines choses ne changeront donc jamais.
    En tous cas, on sent ton recul et ton expérience face à toutes ces remarques et questions, tu as bien raison de conseiller de garder le sourire et de jouer le jeu. 😉

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *