Joyeuses Tropiques !

0 Permalink

Quel que soit l’endroit du monde où vous vous êtes expatrié, mégapole glamour ou petite bourgade industrielle méconnue, cela ne vous aura pas échappé : c’est bientôt Noël. Grande période d’agitation s’il en est, les expatriés ont plusieurs options : il y a ceux qui rentrent en France pour les fêtes (bon courage à eux !), ceux qui restent dans leur pays d’accueil à Noël et ceux qui en profitent pour visiter un pays voisin.

 

Noël au pays… d’accueil

 

Si vous vivez dans un pays où le thermomètre ne descend pas en dessous de 30° début décembre et où pas un flocon de neige n’est à prévoir pour la nuit du 24 (ni pour les 15 ans à venir), combien de fois par jour prononcez-vous cette phrase en ce moment : « C’est fou, je n’arrive pas du tout à réaliser que ça va être Noël ! » ?

Si vous avez du mal à vous mettre dans l’ambiance, allez donc traîner dans les shopping malls de votre ville car c’est là que se cache le Christmas Spirit local. Cocotiers enguirlandés, sapins synthétiques, étoiles en néons, crèches approximatives (bien sûr que Hello Kitty y a toute sa place), Pères Noël aux “Oh, oh, oh…” tonitruants, boules à neige géantes, rennes gonflables aux nez qui clignotent, traîneaux, igloos, patinoires…  rien ne vous sera épargné. Ni à vous, ni à vos oreilles. Car à Noël, l’arme absolue du centre commercial est sa bande-son : Jingle bells, jingle bells! Jingle ollllllll ze wayyyy! Oh what fun it is to ride on a ??XX?!openlallllaaaaaaa.

Vous allez voir, on finit toujours par se mettre dans l’ambiance. N’oubliez pas que Last Christmas I gave you my heart, et que cette année donc il va falloir trouver quelque-chose à la hauteur. Car, bien que Mariah Carey vous promette encore et toujours que All I want for Christmas is you, vous n’y couperez pas : vous avez encore 200 cadeaux à acheter !

 

Et puis un jour, enfin, alors que ça vous trotte dans la tête depuis des semaines (depuis le lendemain d’Halloween, exactement), le voilà : Santa Claus is coming to town.

Attention :      You better watch out, you better not cry

Better not pout, I’m telling you why : vous avez un réveillon de Noël à organiser.

Un réveillon à l’antipode de ce que vous avez connu toute votre enfance en France. Soyez prêt à revoir vos classiques, à innover, à bousculer vos habitudes !

En effet, alors qu’en France, les rituels familiaux de Noël sont souvent gravés dans le marbre, les Français de l’étranger se doivent d’être ouverts aux innovations. On remplace l’immuable dinde de Noël et la bûche glacée par ce que l’on peut trouver localement, et à la place d’une indétrônable grand-mère en bout de table, on installe un vague inconnu. Si en 30 ans de réveillons de Noël français, vous n’avez jamais croisé la moindre nouvelle tête (sauf les jeunes fiancés fraîchement entrés dans votre famille ou les bébés nés dans l’année), à Noël à l’étranger, préparez-vous à festoyer avec n’importe qui !

Il y a les expatriés fraîchement débarqués qui n’ont pas encore d’amis, ceux qui de toute façon n’en ont pas, ceux qui n’ont jamais de visites familiales à Noël, ceux dont tous les amis sont rentrés en France pour les fêtes… Ce petit monde s’accommode bon an mal an les uns des autres. Solidarité, réflexe de survie, franche amitié, opportunisme ?… S’il y a sûrement un peu de tout cela dans l’air, respectez la légendaire trêve de Noël et ne jetez pas la pierre à votre voisin de table au réveillon (une fois n’étant pas coutume). Serez-vous toujours son ami à Pâques ? Rien n’est moins sûr mais en attendant, personne ne se retrouve seul à Noël et le moral de chacun est sauf.

 

 

Noël en voyage

 

L’autre option pour ceux qui ne rentrent pas en France à Noël : un beau voyage familial dans leur région d’accueil. Voilà en général qui ravit les parents, et les enfants à qui on explique que : « Pas de gros cadeaux cette année puisqu’on sera en voyage (option 1 : on ne va pas se les trimballer ; option 2 : le Père Noël ne passe pas au fin fond du Rajasthan). » Vous pouvez aussi y aller franchement et leur dire : « Super surprise les enfants : cette année, le cadeau c’est notre voyage en famille ! » Chacun sait bien qu’entre 1 et 16 ans, c’est beaucoup plus sympa de passer le 25 décembre à visiter des temples en ruines sous le cagnard plutôt que de rester enfermé peinard dans sa chambre à jouer avec sa montagne de cadeaux de Noël.

Mais attention, ces petits compagnons de voyage récalcitrants ne sont peut-être pas les pires.  Si vous avez choisi de visiter un beau pays hors des sentiers battus (par exemple, pour 100 % des expats d’Asie : un beau voyage en Birmanie car « C’est maintenant qu’il faut y aller »), dès l’aéroport, vous pourrez avoir la joie de retrouver une bonne partie des expatriés de votre ville, tous ceux que vous aviez décidé de fuir à Noël en partant en voyage. Là, il n’y a plus qu’à espérer que les Machin ne fassent pas le circuit dans le même sens que vous, sinon, vous allez les retrouver à chaque étape, et bien sûr dans les mêmes hôtels que vous (puisque ce sont les Trucmuche, vos vagues amis communs, qui ont fait circuler par mail leurs bonnes adresses de Noël dernier).

I’m dreaming of a white Christmas

Ce n’est pas car il ne neige pas que votre Noël ne sera pas white. À vous donc les plages de sable blanc et fin !  Là, dans vos bagages, bien plus important que la crème solaire (mais moins que le selfie stick) : les bonnets rouges de Père Noël, un pour chaque membre de la famille. En effet, à quoi ça sert d’aller sur des plages paradisiaques pour Noël si on n’y fait pas des photos de toute la famille en maillot avec des bonnets de Père Noël ? Ça marche aussi devant les piscines de rêve. Voilà la carte de vœux que vous allez pouvoir poster sur Facebook le 24, avec en fonction de votre décalage d’horaire : « “Avec quelques heures d’avance“ ou “Avec un peu de retard”, Joyeux Noël à tous ! » N’hésitez pas à lancer aussi un Merry Christmas enjoué qui pourrait faire croire à vos amis Facebook que vous parlez anglais.

 

En voyage, vous êtes seuls pour le réveillon mais vous assumez ! De toute façon, ne vous inquiétez pas : les hôteliers ont pensé à tout. Car, réveillon de Noël oblige, vous et tous les autres clients de votre hôtel, vous vous devez d’y réveillonner. Impossible en effet de réserver des dates aussi prestigieuses que les 24 et 25 décembre sans devoir réserver également (à prix d’or) votre place au Festive Christmas Buffet organisé par votre hôtel.

Mais c’est la saison très haute et vous n’avez pas réservé un 5 étoiles (les prix flambent et, de toute façon, tout est complet) ? Vous voici donc dans un hôtel lambda, décoré de façon lambda pour Noël. Aïe, aïe, aïe… On ne se méfie jamais assez mais la décoration de Noël ne souffre pas le lambda.

Place donc au Christmas spirit sur commande : à vous le buffet tiède de nouilles sautées et pâtisseries collantes (à volonté), sous les néons et guirlandes orange et jaunes, ambiance musicale ”live” assurée par un groupe local dont le tube incontestable est Last Christmas, I gave you my heart. Si les Machin sont dans le même hôtel que vous ce soir-là (et soyez sûr qu’ils y seront), espérons qu’ils n’auront pas eu le courage de transporter avec eux un château Playmobil XXL pour leur fils du même âge que le vôtre, lui qui n’aura que des cadeaux qui peuvent tenir dans sa poche.

Finalement, peut-être vaut-il mieux rentrer en France pour y choper une bonne gastro, en famille.

 

C’est donc bientôt Noël et quel meilleur cadeau que d’offrir à vos amis expats, ou à ceux qui ne le sont pas et ne comprennent rien de rien à votre vie au loin, THE livre ?

My tailor is an expat – Une bonne dose d’expatriation

 

No Comments Yet.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *