Les 10 règles d’or de l’expat heureux en vacances

12 Permalink

Enfin, vous y voilà : vous êtes en vacances en France et sirotez l’apéro dans notre belle campagne ou à une terrasse parisienne. Vous êtes à deux doigts de vous sentir ‘’heureux comme Dieu en France’’. Mais cela, c’est sans compter sur le fait que vous êtes entouré de Français. Et, comme toutes les autres nationalités du monde s’accordent à le dire : la France c’est magnifique, mais ça serait tellement mieux sans les Français

Vous qui êtes Français, vous devriez pouvoir les supporter tous ces Français. Ce qui est moins sûr, c’est que eux vous supportent : oui, vous êtes Français, mais vous êtes aussi (surtout ?) expatrié. Et pour l’expat que vous êtes, le séjour estival chez vos compatriotes est semé d’embûches. Etudions ensemble comment éviter les faux-pas et les grincements de dents afin que les grandes vacances en France soient pour tous un havre de paix.

 

1- La règle d’or : ne râlez jamais

On serait tenté de penser que pour se fondre à la foule estivale française, il serait judicieux de râler ouvertement. Je vous le déconseille.

Si toute l’année vous vous êtes retenu pour faire mentir la réputation de râleurs dont souffrent les Français, hélas, il va falloir vous contenir encore. En France, il s’agit maintenant de faire taire cette rumeur selon laquelle les expatriés seraient des enfants gâtés jamais contents.

 

2- Donc ne vous plaignez jamais (je sais, c’est la même chose mais je développe)

Hors de question donc de vous plaindre : pas un mot déplacé sur le pays où vous vivez, et encore moins de remarques négatives sur la France.

Si vous arrivez d’un pays exotique qui fait rêver tout le monde, vous n’avez aucune raison de vous plaindre. Ce serait mal venu. La vie n’est qu’insouciance et facilité pour vous.

Si vous arrivez d’un pays qui ne fait rêver personne (comme un pays au bord de la guerre civile), ne vous plaignez pas non plus. Puisque vous avez accepté d’y vivre, c’est que en échange vous y touchez une petite fortune. L’appât du gain a guidé vos pas et si la vie est dure, tant pis pour vous.

Se plaindre de la France ?? N’y pensez même pas ! Quoi que vous direz, vous ne serez qu’un ingrat.

 

3- Mais écoutez les autres le faire (sans vous plaindre à votre tour)

Ne pas se plaindre ne vous dispense en aucun cas de l’écoute prolongée des plaintes des autres. Oui, votre belle-sœur peut passer tout le déjeuner à dire que l’hiver a été rude. Mais malheur à vous si vous vous risquez à avancer que vous, vous avez eu trop chaud. Elle pourra vous sauter à la gorge aux cris de ‘’Mais c’est ton choix de vivre là-bas’’. Et elle aura raison : à un moment du processus, vous avez bien dit ‘’oui’’. Donc, ne la ramenez pas trop, vous avez choisi votre sort. Elle, elle a été placée il y a 20 ans par le destin dans cette ville où il fait froid l’hiver, ce même destin lui empêchant formellement depuis lors d’aller voir ailleurs. Elle a donc le droit de se plaindre, et vous de l’écouter.

 

4- Ne parlez jamais d’argent (que ce soit pour vous vanter ou pour vous faire plaindre)

Sur ce sujet, je prône la discrétion absolue – voir le mutisme – car vous engager dans des considérations financières ne vous apportera jamais rien de bon.

Si vous venez d’un pays réputé comme étant cher, on subodorera que pour compenser, vous êtes tellement bien payé que vous êtes en train d’amasser une véritable fortune. Ainsi, vous entendre vous esclaffer joyeusement du prix de vos courses (bios) d’une semaine entière (pour le même prix chez vous, vous n’avez qu’un seul repas, plein d’OGM) peut énerver : « Mais il ne veut pas que je le plaigne quand-même !? » (sous-entendu : Avec tout ce qu’il gagne).

Et si vous venez d’un pays qui ‘’ne coûte rien’’, vous devez mettre tellement de côté avec votre salaire d’expat que ça frise l’indécence. Et donc une anodine remarque sur le prix de l’heure de baby-sitting comme « Quoi ? Mais pour ce prix là, ma nanny, elle reste une semaine ! » peut choquer : « Et allez, elle veut encore m’en mettre plein la vue ! » (Doublé du: Avec tout ce qu’elle gagne, en plus, elle exploite les gens).

 

5- Redescendez sur terre et canalisez vos enfants

Heureux géniteurs de petits blondinets, les vacances en France risquent de malmener votre égo et votre fierté parentale.

Là où vous vivez, vos petits choux sortent du lot. Ils sont les mascottes de votre supermarché, on s’arrête dans la rue pour les photographier, leur faire des petits cadeaux ou vous féliciter…

En France, personne ne va se retourner sur leur passage. Pire, certains verront même leur présence d’un mauvais œil. A vous donc de les empêcher de toucher à quoi que ce soit dans une boutique ou de pleurer (ou rire) trop fort. Plus dur encore : aucune chance qu’un serveur n’emmène jamais votre bébé jouer dans la cuisine du restau pour que vous puissiez déjeuner en paix (Oui, je sais, ça fait passer l’envie d’aller au restaurant).

Préparez-vous donc mais, de toutes façons, le regard noir que l’hôtesse de l’air va jeter à votre petite famille à votre montée dans l’avion se chargera de vous mettre au pas.

 

6- Arrêtez de tout comparer et taisez-vous (un peu)

Ah, vous en avez des anecdotes à raconter sur votre vie à l’autre bout du monde ! Anecdotes qui mettent en avant votre incroyable capacité d’adaptation, votre ouverture d’esprit et votre grande culture… Vous avez envie de partager tout cela, quoi de plus normal ? Mais à la longue, quoi de plus pénible pour votre entourage ?

Durant les 3 derniers étés, vous avez soudoyé tout le monde pour récolter des fonds pour votre association de défense des Indiens Guaranis. Population dont vous avez oublié l’existence en vous installant au Cambodge en septembre dernier. Depuis, vous avez pour mission de sensibiliser la France au génocide perpétré par Pol Pot. Au moins jusqu’à la prochaine mutation de votre mari. Et si vous gardiez un peu ça pour vous ?

 

7- Participez aux tâches ménagères (ou au moins faites semblant)

En France, les domestiques se faisant rare, il est de bon ton d’aider quand on est invité chez quelqu’un. A la fin d’un repas familial, la maid ne va pas tout ranger pendant que vous prenez le café. Proposez d’aider à débarrasser mais n’en faites pas trop : ne restez pas trainer pas dans la cuisine, la maîtresse de maison pourrait vous demander de lancer le lave-vaisselle.

Franchement, après 10 ans en Afrique ou en Asie sans n’avoir jamais cherché à comprendre où se trouvait la cuisine de votre maison, quelles sont vos chances de réussir à faire tourner un lave-vaisselle sans détraquer le programmateur électrique ou inonder toute la cuisine ? Aidez dans la limite de vos capacités.

 

8- Débrouillez-vous seul ! Personne ne va vous servir.

Il n’y a pas que dans le cercle intime que vous ne serez pas aidé. Cet été, attention en quittant la Fnac chargé de votre stock annuel de BD, romans, CD et DVD en Français : le videur n’est pas là pour vous tenir la porte et vous porter vos paquets jusqu’à un taxi… Non, il n’est là pour rien (en tous cas, rien qui n’ait le moindre rapport avec le fait de vous simplifier la vie). Croulant sous vos 15 kilos d’achats et guidant votre poussette d’un pied branlant, vous devrez pousser la porte seul.

Il en est de même à la caisse du supermarché. Vous rêvassez au son des codes barres qui défilent et vous regardez vos achats s’entasser en fin de tapis. Mais qu’est ce que la caissière attend pour mettre tout ça dans des sacs ? D’ailleurs, ils sont où les sacs en plastique ici ? Non ??! Il faut les apporter avec soi, et tout empaqueter tout seul ? Même si on est en pleine partie de Candy Crush ?? C’est dur.

 

9- Faites votre shopping sans témoin

Vous êtes en France pour deux mois, youpi ! Mais sur ces deux mois, vous ne passez que deux jours dans une ‘’vraie’’ ville, deux jours pendant lesquels vous avez réussi à confier vos marmots pour deux petites heures. Pour refaire votre garde-robe de l’année, il va vous falloir jouer serrer.

Courrez faire votre shopping, mais courrez-y seule ! Pas besoin de témoin. En temps normal, vous êtes réfléchie, économe, mesurée. Là, vous avez deux heures, pas le temps pour les états d’âme : vous hésitez entre deux couleurs pour une robe, vous prenez les deux et oui, vous allez acheter quatre soutien-gorges et trois paires de chaussures dans la même journée ! Moi, je suis d’accord avec vous mais autant le faire discrètement.

Avant d’entrer chez votre amie pour récupérer vos enfants, entassez tous vos achats dans le plus grand de vos sacs et jetez tous les autres.

 

10- Encaissez toutes les remarques avec le sourire

Vous n’êtes en France que pour quelques semaines, ce serait dommage de se faire des ennemis en si peu de temps. Vous suivez mes conseils, vous faites profil bas et êtes un vacancier irréprochable. Oui, mais c’est bien connu, l’enfer c’est les autres. Vous vous prenez remarques balourdes sur remarques perfides depuis votre arrivée ?… Encaissez avec le sourire, de toutes façons, vous n’aurez jamais raison et rappelez-vous : toute l’année, ces gens vous ont manqué !

12 Comments
  • Margarida
    July 9, 2015

    Super article !

    Je ne suis pas expatriée mais j’ai une vie à l’étranger depuis une douzaine d’années. Espagne-France ce n’est pas si loin et pourtant je ne peux que confirmer la presque totalité de ton exposé (à l’exception, bien sûr, des points 5-7-8-9).
    J’ai appris, et très vite, que quand on vit à l’étranger peu de fois on a le droit de dire ce que l’on pense vraiment (surtout si ce n’est pas positif) tant de notre pays d’origine que de notre pays d’adoption. Et cela peut créer une certaine frustration intérieure. Oui. Une fois, j’avais écrit un article du genre “la critique peut-elle sortir de la bouche d’un étranger ?”… parce que c’est un sujet qui m’a toujours interpellé.
    J’ai appris à parler en mettant toujours ces mots en début de phrase : “de mes yeux d’étrangère…”, “enfin, je crois je pense… mais bon, moi peut-être je me trompe…” comme si je devais toujours me justifier et prendre des précautions. Et en Espagne, parfois c’est comme si je n’avais pas le droit non plus de donner mon avis parce que de toute façon je n’y vais “qu’en vacances”.

    Je partage ton article !

    Belle journée !

    • mytailorisanexpat
      July 9, 2015

      Ha, ha, merci Margarida ! Oui, il faut peser le poids de chaque remarque….. Dur, dur la vie d’expat !

  • Pomdepin
    July 9, 2015

    Et apres, on me demande si ça ne me dérange pas de ne pas aller en France cet été! Non, vraiment pas. Je te trouve de une patience remarquable, j’avais fait top 10 de l’angry expat l’année dernière qui était un chouïa plus énervé 🙂

    • mytailorisanexpat
      July 9, 2015

      Ha, ha !! La patience est ma seconde nature …. j’ai trouvé ta liste sur ton blog, ça m’a fait bien rire !! Pour répondre à l’une des questions qu’on te pose tt le tps: mon mari est British et sa Maman est une super cuisinière !! Bonnes vacances au UK ! 😉

  • Jeanne
    July 9, 2015

    Excellent !!

    La belle-soeur sequestree par le destin dans sa ville ou il fait froid! La pauvre…

  • gentile
    October 8, 2015

    encore une fois je me retrouve dans toutes les situations avec mention A+ pour les 2 heures de shopping qu’on a réussi à voler (et encore avec le passage incontournable chez le gynécologue au préalable, ben oui “elle ne rentre pas en France pour aller faire du shopping quand même!, elle peut en faire toute l’année!) et où il faut cacher les achats tellement que c’est trop d’un coup pour les âmes sensibles qui nous entourent mais qui ont a chance d’aller tous les samedis au centre ville, et d’hésiter sur le petit pull bleu ou la petite jupe à fleurs, pire ! d’attendre les promos pour se l’acheter !

  • 6intheWorldTour
    July 6, 2016

    Encore une fois ton regard est juste et bien tourné. En 14 ans rien n’a changé et surtout pas le regard de ceux qui sont restés car ils n’avaient pas le courage, l’envie ou peut être l’opportunité de sauter le pas. Faisons fi de tout cela et profitons de nos vacances pour faire le plein et pourquoi pas voir nos copines expats du bout de la planète. Exprimons nous, plaignions nous et rions …
    Merci moi cela me fait plaisir de te lire !

    • My tailor - Mathilde
      September 20, 2016

      Merci beaucoup Gaelle pr votre joli message

  • Usinamiss
    July 6, 2016

    Je m’y retrouve tellement ! Surtout le coup de la caisse au supermarché. ^^

    Il y a aussi les tics de langage à se défaire. Ici au Sénégal on dit toujours “Bonjour” aux inconnus, suivit d’un “Ca va ?” qui peut surprendre la caissière du supermarché, oui, celle qui ne met pas vos achats dans les sacs.
    Grand moment de solitude. 😀

    • My tailor - Mathilde
      September 20, 2016

      Hé hé !

  • Sté
    September 22, 2016

    La femme d’expat’ et les tâches ménagères… tout un sujet (de conversation) !
    D’autres anecdotes si ça parle à l’une d’entre vous.
    Combien de fois ai-je entendu dire lors de mes séjours estivaux en France :
    – “Tu as une femme de ménage ? Ah non, non, non ! Moi je ne pourrais pas ne rien faire ! Je ne supporterais pas d’avoir quelqu’un dans ma maison sans arrêt.”
    Tirade valable pour le cuisinier, le chauffeur et le gardien. Le mensonge et l’hypocrisie mêlés. Intérieurement je triomphais car je considérais cela comme de la jalousie ! Non tu ne me feras pas culpabiliser très chère !
    Variante, des amis sont venus te rendre visite dans ton pays bizarre (miracle !) :
    – “Tu diras à ta femme de ménage que c’est moi qui ferai le lit tous les matins et pour notre linge, je m’en charge aussi.” Alors comment te dire ? Elle fait juste le travail pour lequel elle est rémunérée parce que oui, nous lui versons un salaire, nous ne l’exploitons pas même si c’est ce que tu penses. Et si jamais tu l’empêches de faire son travail, elle sera vexée.
    -“Tu veux dire que tu as une nounou en permanence ? Ah non, non, non ! Moi je ne pourrais pas laisser mes enfants avec n’importe qui, je ne laisserais pas une autre les élever, etc”.
    Variante :
    – “Quoi ? vous laisser les enfants seuls avec la nounou quand vous sortez ? (ben oui, c’est un peu le principe, non ?). J’aurais pas confiance.”
    Oh la la la ! J’en ai plein mes tiroirs des histoires comme celles là !
    Tu vises juste Mathilde et tu nous fais rire. merci.

    • My tailor - Mathilde
      September 28, 2016

      Merci “Sté” pour ton message !! J’aimerais bien savoir quel est ton “pays bizarre”?
      Moi aussi , je vois pas mal d’hypocrisie ds ttes ces remarques.
      Et moins hypocrite mais tt aussi drole, tu as déjà eu le cas des visiteurs qui t’en veulent un peu de ne pas leur avoir dit en amont que ta nanny locale a qui ils vt laisser leurs enfants qq soirs ne parle pas Français ??!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *