Française, expat et Maman: trois fois plus de… bonheur ?

11 Permalink

Bientôt l’été et votre adorable progéniture que personne en France n’a vu depuis un an, à part furtivement sur Skype, va être exposée au regard de tous ceux qui n’ont jamais vécu à l’étranger. Ceux-là mêmes qui pensent que tous les enfants expatriés sont des sales gosses pourri-gâtés.

Ont-ils vraiment tort ? Nous ne nous prononcerons pas sur ce délicat sujet mais retiendrons que, bien évidemment, en matière d’éducation, tout est toujours de la faute de la mère. Surtout lorsqu’il s’agit d’une mère expatriée.

 

Pour élever ses enfants au mieux, la Maman expatriée doit en effet faire avec 4 composantes :

  • Le fait d’être Française
  • Le type d’éducation en cours dans son pays d’accueil
  • Les aléas de ses enfants, enfants dits ‘’de la troisième culture’’
  • Le regard de sa famille et amis restés en France

Etre une mère expatriée, c’est être un peu schizophrène : c’est avoir absolument tout faux, ou alors entièrement raison si on adopte un autre point de vue. Donc, ne vous inquiétez pas trop : c’est bien connu, on est toujours la mauvaise mère de quelqu’un.

 

La parfaite mère française… WTF ??

Si le French bashing a encore de beaux jours devant lui, il semblerait qu’il épargne les femmes. En effet, depuis quelques années, la Française a la côte à l’étranger ! Elle est un modèle pour beaucoup * :

  • La Française est mince. Et c’est facile pour elle, vu qu’elle est Française.
  • La Française mange équilibré et ne boit qu’en fine œnologue (toujours avec retenu).
  • La Française est toujours élégante, c’est le French style.
  • La Française élève des enfants modèles, finger in the nose puisque ce sont des petits Français.

Dans son pays d’accueil, la Maman française est donc scrutée. Et si par malheur, son bébé ne fait pas ses nuits à 3 mois (alors qu’elle a retrouvé sa taille de guêpe dans la salle d’accouchement) ou qu’un jour, son enfant refuse de manger un brocoli ou fait une colère pour quitter le parc, shame on her !

Grosse pression donc sur les épaules de cette gentille Maman tiraillée entre le souhait d’être à la hauteur dans le pays où elle vit mais intriguée par ses copines en France qui semblent vivre les choses bien différemment ! En effet, la Maman expatriée qui traine beaucoup sur internet.fr a bien repéré tous ces blogs décomplexés et ces articles sur les mères ‘’pas parfaites’’. Oui, la mère Française est condamnée à la schizophrénie. Stricte et à l’ancienne à l’étranger, mais cool et libérée en France.

 

Le pays d’accueil

Puisqu’elle est Française, elle doit donc être un modèle pour les mères locales. Mais puisqu’elle est expat, elle se doit de s’adapter et d’embrasser la culture de son pays d’accueil, sous peine d’être taxée de n’être pas ‘’ouverte d’esprit’’. Cela inclut l’éducation des enfants. Schizophrénie, disions-nous ?

Comment être une mauvaise mère à la mode en France dans tous ces pays où l’enfant est roi ? Comment élever d’authentiques petits Français quand les laisser plus de deux minutes sans surveillance rapprochée au parc (c’est à dire à un mètre d’eux) est un délit ?  Pareil quand on ne peut pas les laisser trainer trois minutes les fesses à l’air sur une plage, ni même leur donner une (toute) petite fessée (de rien du tout) sans risquer de voir sonner à sa porte les services de protection de l’enfance ?

Que dire des pays où les enfants ont le droit de détruire des œuvres d’art dans les musées sans que cela ne choque personne ** ? Et si en plus, non content d’être un enfant, votre enfant en rajoute et est blond avec des yeux clairs ? Là, c’est  carrément risqué pour vous de le gronder ou de lui inculquer le moindre respect des adultes. Vous pensez pouvoir faire cela à l’abri des regards au sein de votre domicile ? Attention, votre nanny locale veille au grain.

 

Les enfants de la 3e culture

Dans votre quête désespérée de l’enfant modèle, on ne peut pas dire, Mesdames, que vos enfants y mettent beaucoup du leur pour vous aider. Des experts se sont penchés sur ces enfants expatriés et leur ont attribué une dénomination toute scientifique : les ‘’enfants de la troisième culture’’ ou ETC. In english dans le texte : the ‘’third culture kids’’ ou TCK ***.

Ainsi, ces enfants expatriés vivraient-ils entre trois cultures.

Explication mathématique :

  • La culture de leurs parents
  • La culture de leur pays d’accueil
  • La leur !! En effet, comme si cela ne leur suffisait pas de baigner entre deux cultures, ces enfants s’en créent une toute personnelle, mélange des deux premières dont ils ne gardent que ce qu’ils ont envie et qu’ils adaptent à leur propre sauce.

Ce développement mental d’une troisième culture est un réflexe naturel évolutif de type Darwinien. Bringuebalé de par le monde, toujours un étranger dans le pays où il vit, déraciné plus souvent qu’à son tour, le petit expat doit constamment s’adapter. Et c’est pour ne pas frôler la crise identitaire à 4 ans qu’il s’arme intérieurement de sa troisième culture. Où qu’on le déplace dans le monde, quelles que soient les habitudes en place ou le style de vie, il pourra y vivre, comme bon lui semble, selon ses propres règles internes.

Ce qui nous donne en termes de bonnes manières, de vision de la vie, d’ouverture sur l’Autre, de système de valeurs : « Ça je prends, ça je prends pas, ça je prends mais je vais plutôt l’appliquer comme ça, ça je garde et ça je jette. Voilà, je me trouve pas mal du tout comme ça. »

Mères expatriées… courage !

 

La famille restée en France

C’est lorsque vous rentrez en France l’été que se cristallisent tous les malentendus et les difficultés des familles expatriées. L’éducation de votre enfant va être passée au crible et il y a peu de chances pour que votre aura maternelle en sortent grandie. Bien évidemment, le petit expat n’aura jamais la moindre circonstance atténuante du type ‘’enfant sévèrement jetlagé, complétement déraciné, en plein choc thermique ou au palais pas du tout habitué à la cuisine Française’’.

 

Le petit singe savant

Les premiers étés, tous ne l’appelaient que le petit Mexicain, le petit Américain, le petit Chinois… Il était si mignon ce petit bout de choux aux habitudes exotiques, et quel amour de petit bilingue ! Tous l’incitaient à parler dans sa drôle de langue, tous trouvaient son accent tellement chou.

Et puis, le mignon petit singe savant a grandi et les adultes se sont lassés. Ahhhhh, comme cela les agace maintenant lorsqu’il parle Franglais, quand il cherche un peu ses mots, quand il ne fait pas les choses comme tout le monde ou qu’il compare la France à son pays d’accueil ! Il y a des choses qui sont mignonnes chez les tout-petits mais qui ne pardonnent pas quand on commence à grandir. Alors, bien sûr, il faut s’adapter. A vous et votre enfant de faire tout le boulot, bien sûr : la capacité d’adaptation n’est-elle pas la plus grande qualité des expatriés ?

 

Le petit frimeur

Votre enfant n’a pas trop l’habitude des groupes de petits Français et ne partage pas les mêmes références qu’eux ? Il a du mal à s’intégrer à cette bande de cousins qui passent toutes leurs vacances scolaires ensemble ? Ils sont tous les chouchoux de leur grand-mère qui les connaît tellement mieux que lui ?

Comment se faire accepter parmi eux ? Comment créer de l’intérêt dans cette petite bande si soudée ? En frimant évidemment ! En mettant en avant ce que lui a, et pas eux ! Et votre petit expat de parler Anglais en sachant très bien qu’ils ne le comprennent pas, de raconter sa bonne bande d’amis de plein de nationalités différentes et surtout ses beaux voyages dans la région ! Cela, ça énerve tous ceux qui ne sont jamais sortis de chez eux, quand bien même ils n’en ont nullement l’intention.

 

Le petit Roi

Bon, c’est vrai que votre petit dernier n’aide pas beaucoup. Et qu’à 4 ans, il ne sait même pas faire tourner le lave-vaisselle. Cela, on vous l’assure (sans jamais avoir mis un pied chez vous), c’est de la faute de sa nanny qui fait tout dans la maison et lui laisse tout passer. Et de vous aussi, si seulement vous étiez moins démissionnaire. Mais à bien y regarder, ses cousins non plus ne lèvent jamais le petit doigt. Mais eux, on vous explique que c’est car ils sont en vacances, alors on est plus cool avec eux et on laisse leur grand-mère tout faire. Durant l’année, croyez-en votre belle-sœur, ils marchent à la baguette comme des bons petits Français ! D’ailleurs, vous devriez prendre exemple sur elle en matière d’éducation…

 

Vous voyez donc ces enfants modèles faire relâche des bonnes manières pendant tout l’été et traiter leur grand-mère comme jamais vos enfants n’ont traité leur nanny. On vous assure que ce n’est comme ça que l’été. Mais la mère (parfaite ou non) que vous êtes pourrait bien être tentée de rééquilibrer les choses et de leur coller une bonne fessée, tant que c’est encore légal en France. Ça leur ferait du bien ! Et à vous et vos enfants expatriés aussi !

 

 

*

“La Française”, star en Amérique

Ces Françaises qui ne grossissent pas : Comment font-elles ?, par Mireille Guiliano

Le rêve américain ? La french education !

Bébé made in France, par Pamela Druckerman

 

**

VIDÉO – Chine : des enfants saccagent une oeuvre d’art pendant que leur mère les filme

En Chine, un enfant détruit une oeuvre en Lego d’une valeur de 13 500 euros

 

***

Third culture kids

http://www.telegraph.co.uk/education/expateducation/6545869/Third-culture-kids.html

Les enfants de la troisième culture

http://www.femmexpat.com/expatriation/vie-familiale/les-enfants-expatries/cecile-gylbert-auteur-du-livre-les-enfants-de-la-3eme-culture/

11 Comments
  • Alexia
    June 23, 2016

    Allez paf, en plein dans le mille ! Comme toujours !!! Quel sens de l’observation, on en redemande !

    • My tailor - Mathilde
      June 23, 2016

      Ha ha, merci Alexia !!

  • Marion
    June 23, 2016

    Sujet d’actualité avec les vacances qui approchent…
    Entre les différences culturelles (mes parents ont trois petits enfants chacun élevé dans un milieu bilingue different – franco-suedois, franco-anglais, franco-allemand), il faut rajouter les différences d’âge (à deux ans on est plus calme qu’à quatre), de caractère (non mon fils de quatre ans ne va pas rester assis une heure à faire du coloriage comme sa cousine de trois ans)…
    L’été va être intéressant!!!

    • My tailor - Mathilde
      June 23, 2016

      Merci Marion ! Ah, les joies des vacances en famille…. 😉 Tres bel été a vs !

  • Usinamiss
    June 23, 2016

    “Les enfants de la troisième culture” ! Enfin quelqu’un qui en parle ^^ Merci !

    • My tailor - Mathilde
      June 28, 2016

      C’est vrai qu’il n’y a pas gd-chose en Français sur eux !

  • Janet
    June 23, 2016

    Très joliment écrit! Pas rien ce qu’ils vivent tout de même nos petits (et grands) mômes expatriés. Vu comme ça, c’est très drôle, mais c’est vrai qu’à la longue, ce n’est pas si évident que ça…et ça fait du bien d’en parler et d’en entendre parler avec le sourire!
    Bravo pour votre style…

  • Alexis
    August 6, 2016

    Est ce que la passion immodérée en France des belles soeurs pour refaire le temps des vacances l’éducation de leur neveux et nièces, ou au moins d’exprimer leur opinion dont collègialement tout le monde se passerait volontiers, notamment au profit de l’harmonie familiale, est ce que cette passion donc est purement francaise ? Une forme de matriarcat renforcée par le concept assez traditionnel de maison de famille où du 14 juillet au 15 août on recrée fictivement une union familiale assez pesante tout le reste de l’année ? Les grand mères sur les rotules après le passage des chic-oufs (chic ils arrivent, ouf ils repartent) Des maisons pleines 3 semaines par avant mais vident 11 mois ? Des questions sur qui reprendra la maison “après” notamment quand on sent que tous les espoirs reposent Le gendre expat qui est Le seul avec la capacité d’épargne suffisante mais qui se contenterait d’un studio face à la mer mais sans belle-mère ? Très chère Mathilde, vous avez encore de nombreux sujets à traiter. Et je fais confiance à votre plume et votre inspiration.

    • My tailor - Mathilde
      September 20, 2016

      Merci Alexis de votre message et encouragements ! J’ai l’impression que vs avez de bons dossiers familiaux ss le coude 😉 Courage !!

  • Sté
    September 20, 2016

    Youhou !
    Je reconnais mon fils par endroit !
    Le “petit frimeur” qui parle anglais depuis ses 3 ans parce que scolarisé en American school et qui devient “singe savant” uniquement les premiers jours de vacances en France : “Allez, vas-y, parle anglais un peu pour voir !” Evidemment, regard éberlué et interrogateur du fils d’expat’ qui se demande ce que papy / mamie, tata ou tonton demandent exactement ! Et par conséquent, refus catégorique de s’exprimer dans la langue des cowboys !
    Rigolades voire moqueries quand on raconte que notre progéniture a mis les radiateurs à fond (en plein mois de juillet !) croyant qu’il s’agissait de climatiseurs ! (Ben quoi ? nous, parents, on a trouvé ça trop mignon !).
    Bref, les exemples ne manquent pas !
    J’aime vos billets que seules les expats peuvent comprendre…
    Continuez ainsi !

    • My tailor - Mathilde
      September 20, 2016

      Ha ha, j’aime beaucoup vos exemples !! Merci pour votre message !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *