Laissons la femme d’expat s’ennuyer (ferme)

8 Permalink

Les pédopsychiatres ont tiré la sonnette d’alarme les premiers : parents, cessez de surcharger vos enfants d’activités. Laissez les s’ennuyer un peu, c’est bon pour eux. Livré à lui même, sans sollicitations constantes ou consignes à suivre, l’enfant apprend à occuper sa solitude, à être à l’écoute de ses émotions et de ses envies. Le désœuvrement lui permet de développer son imaginaire, sa créativité et sa confiance en lui.

Observatrice privilégiée de la femme d’expat, je me dois de sensibiliser à la question les associations qui œuvrent à l’épanouissement de mes sœurs expatriées. Bangkok Accueil, et toutes les autres, écoutez mon message et levez le pied : tout comme ses enfants, la femme d’expat a besoin de moments pour souffler et s’ennuyer.

 

 

Une offre exponentielle d’une indiscutable qualité

Je le sais, les organisatrices de Jakarta Accueil sont pavées de bonnes intentions. Dans ce monde devenu si compétitif, elles souhaitent donner à leurs petites expatriées toutes les chances pour démarrer au mieux dans leur nouveau pays. Et rien n’est trop beau pour elles : sorties, tournois, conférences, déjeuners, soirées… Quoi de plus gratifiant que de voir leurs petites protégées éveillées et souriantes ?

Les responsables de Londres Accueil ne prennent pas les choses à la légère. Développés avec l’aide des meilleurs coachs en développement de femmes d’expat, leurs programmes proposent des activités qui répondent aux besoins de leurs participantes aussi bien sur le plan intellectuel que sur le plan psychomoteur. Ils sont parfaitement équilibrés entre des activités sportives, intellectuelles, manuelles et créatives. Egalement, ils intègrent aussi bien des activités indoor que des activités d’extérieur. Enfin, bien entendu, des moments de franche rigolade durant lesquels chaque femme d’expat peut s’amuser en toute liberté avec ses petites amies sont toujours prévus.

Ouvertes d’esprit et curieuses, ces associations savent aussi s’adapter à leurs pays d’implantation et proposent des activités locales qui ravissent les nouvelles inscrites : sumo à Tokyo Accueil, création de piñata à Mexico Accueil, rugby à Johannesburg Accueil, dressage de chameau à Dubaï Accueil, flûte de Pan à Lima Accueil…

Pour les responsables de femmes d’expat en bas âges, l’activité ‘’tummy time’’ est recommandée chaque jour. Grâce à cela, la femme d’expat pourra commencer à marcher à quatre pattes plus tôt. Mais pardon, je m’égare…

 

Mais une femme d’expat qui plie sous le joug de trop d’activités

Hélas, la course à la surenchère fait rage et, parfois, la femme d’expat a un emploi du temps digne de celui d’un enfant de 8 ans :

  • Lundi : piscine + visite du musée National
  • Mardi : théâtre + conférence sur ‘’Pourquoi donc le pays voisin est-il en guerre ?’’
  • Mercredi : poterie + visite du quartier Sud-Ouest de la ville (où personne ne retournera jamais, on n’est pas folles !)
  • Jeudi : gym + histoire de l’art local (activité qui, selon les pays, court sur 2 semaines ou 9 mois)
  • Vendredi : club de lecture (ou hélas, on va devoir en passer par au moins un auteur local) + zumba (enfin !)

Le week-end, c’est relâche, la femme d’expat est rendue à sa famille. Une fois par an, heureusement, le Gala de charité lui permet d’initier son mari à cette fête sans fin qu’est la vie au sein de Chicago Accueil.

Face à cet emploi du temps à rallonge, quand donc, me demanderez-vous, notre femme d’expat va-t-elle bien pouvoir jouer en toute liberté et développer son moi profond et sa créativité ? Beaucoup trop rarement, hélas !

 

Associations d’accueil : repérez et endiguez les comportements à risque (déviances et addictions)

Associations d’accueil, ce n’est pas l’immense richesse de vos offres qui est à blâmer mais le fait de laisser se surcharger des femmes d’expat en manque de repères. Je comprends que vous ne vouliez pas supprimer des activités de votre planning quand vous l’avez monté avec tant d’amour. Mais aidez ces femmes qui en font trop et qui son devenues dépendantes à vos sorties.

L’avenir de nos femmes d’expat est entre vos mains ! Je vous en conjure, prenez-en soin. Les surcharger d’activités, les gaver de macarons et de café, les couvrir de cadeaux sans raison (stop aux magnets de déménageurs, aux bloc-notes d’assureurs et aux parapluies d’écoles internationales !), ça n’est pas une solution.

Repérez celle qui n’a pas manqué une seule activité depuis le début de l’année, celle qui propose d’elle-même des nouvelles idées, celle qui s’inscrit à une sortie qu’elle a déjà faite !

Egalement, gardez à l’œil celle qui va aux cafés trimestriels de tous les quartiers de sa ville (alors qu’elle se doit de rester sagement dans son îlot), celle qui va aux réunions d’information spéciales nouvelles alors qu’elle est arrivée il y a trois ans, celle qui traîne dans les groupes de discussion sur l’allaitement alors qu’elle a des adolescents…

Cette femme d’expat a besoin de votre aide !

Pour son bien, refusez lui l’inscription. Dites lui que l’activité a été annulée ou qu’il y a déjà trop de participantes. Invitez la gentiment (mais fermement) à aller jouer dans sa chambre. Non, on ne va pas inviter Dominique ou Christine à venir goûter aujourd’hui. On ne peut pas goûter tous les jours avec elles, elles aussi cet après-midi elles vont rester jouer tranquillement chez elles avec leurs jouets.

 

Gérez les résistances et les colères

La femme d’expat va râler, se rebeller, peut-être même se rouler par terre en pleurant (laissez la exprimer sa colère, c’est important). N’hésitez pas à la prendre dans vos bras et lui dire « Je te comprends, je vois bien que tu es colère car tu voulais faire une activité. ». Si cette femme d’expat est petite, agenouillez-vous pour vous mettre à sa hauteur, cela favorise la communication. Regardez-la dans les yeux et rappelez-lui, comme dit toujours notre chère Madame Le Quesnoy, que « On a toujours un petit quelque-chose à faire. »

Calmée par ces méthodes pédagogiques très en vogue, votre petite femme d’expat livrée à elle-même va reprendre contact avec son moi profond. Libérée de ses activités incessantes, sans mouvements ou consignes à suivre, elle va pouvoir redevenir elle-même et découvrir ce qu’elle a réellement envie de faire de sa vie. Son imagination va refleurir, sa confiance en soi se reconstruire et son indépendance revenir… Wonderwoman se profile à l’horizon !

 

Voilà. Pour celles qui doutent encore des bienfaits de l’ennui, levez la main si vous avez esquissé une seule fois un vague sourire à la lecture de cet article. Car sa rédactrice a longtemps pataugé dans l’ennui le plus profond avant que des bribes d’imagination ne se mettent en branle dans son petit cerveau… Si vous vous êtes ennuyée ferme durant la lecture, partez jouer dans votre chambre et n’en revenez jamais, s’il vous plait.

 

Pour lancer votre vie sociale au sein de l’Association d’accueil, ne ratez JAMAIS le Café de rentrée

 

Photo: Gratisography

 

8 Comments
  • Une Fille en Chine
    June 13, 2015

    Excellent !!!
    J’adore 🙂
    Merci aux gentilles organisatrices des Everywhere Accueil pour leur énergie et leur engagement.
    Je demande juste un jour un café-rencontre sugar-free (et non tu n’es pas obligée de goûter chacun des quatre cakes au citron amenés avec amour pour l’occasion) . Allez on se fait ça en septembre pour mater les 5kg ramenés sous le bras – et sur les hanches – chaque été ? J’amènerai du thé vert !

    • mytailorisanexpat
      June 14, 2015

      C’est vrai, je rigole mais heureusement qu’elles st la ttes ces super organisatrices ! Moi, je gouterais bien les 4 cakes au citron…

  • Jeanne
    June 14, 2015

    Mathilde, je suis en train de devenir completement accroc à votre blog !
    Cet article est votre meilleur je trouve !
    Quelle bouffée d’air frais et de bonnes blagues !!! Continuez !

    • mytailorisanexpat
      June 14, 2015

      Merci beaucoup !! Je n’ai pas l’intention de m’arreter si ça peut vs rassurer !

  • Une Suisse à Shanghai
    June 16, 2015

    Dieu que ça fait du bien de lire ça. Je serais prête à vous baiser les pieds pour cet article. Merci, merci merci.

    • mytailorisanexpat
      June 17, 2015

      A ce point là ? Bon, allez-y. Merci !!

  • Marie Laure Dancer
    September 8, 2015

    Très drôle ce post! Moi je suis celle qui fait très peu de sorties n’est pas fan des cafés et fait du yoga avec des locaux, a des amies non francophones. Par contre je suis coach et ça c’est très expat-oriented.

    • enidnamande
      September 11, 2015

      MMMMh, ce sentiment quand on réalise qu’on n’est pas seule à être devenue coach et à faire du yoga avec des locales 😉 Super blog et tellement vrai!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *